Vue du vélo: le GranFondo Gassin – Golfe de Saint Tropez   Recently updated !


La route des crêtes

Description de l’épreuve

Par Olivier Dulaurent et Marvin Faure

Résumé

Le GranFondo Gassin Golfe de Saint Tropez aura lieu le 7 avril 2019. Les coureurs s’élanceront du Quai Suffren à Saint Tropez à 8h. Le parcours fait 162 km avec un dénivelé total de 3 050 m. Il comprend 5 montées de 200 m à 540 m de dénivelé ainsi que d’innombrables petites bosses. La majeure partie du parcours se déroule sur des routes étroites, sinueuses et très vallonnées.

Il y a peu de plat sur l’ensemble du parcours.

Les montées sont globalement irrégulières avec des pentes allant jusqu’à 10-12% par endroits (Notre Dame des Anges, bosse d’arrivée). La plupart des descentes sont techniques et difficiles à lire en raison des virages serrés souvent en aveugle. Une bonne connaissance du terrain sera d’une grande aide pour ceux qui veulent réaliser la meilleure performance possible.

C’est une cyclosportive assez typique de la catégorie « moyenne montagne ». 750 à 1000 concurrents sont attendus. Le niveau devant sera très élevé et le démarrage sera extrêmement rapide afin de se placer avant le col du Canadel.

Comment on y roule ?

Les résultats ci-dessous datent de 2018. Le parcours 2019 est comparable mais pas identique. On ne verra sans doute pas d’aussi bon temps en 2019, car la course de 2018 était l’épreuve qualificative pour les championnats du monde GranFondo UCI, et elle aura donc attiré les meilleurs coureurs.

1er:         04:43, 34.3 km/hr

100:       05:09, 31.5 km/hr

250:       05:27, 29.7 km/hr

500:       06:22, 25.4 km/hr

714:       09:24, 17.2 km/hr

La première femme a terminée 123ème, en 05:10.

Description détaillée

Le parcours peut être divisé en 3 parties distinctes : les premiers 35 km le long de la mer jusqu’au pied du col de Canadel, puis les 65 km au milieu comprenant le col de Babaou et la boucle sur Notre Dame des Anges, enfin les 62 derniers km passant par La Garde Freinet et Le Plan-de-la-Tour

Acte 1: Du départ jusqu’au pied du col de Canadel (35km)                   

Le départ sera très rapide. Quelques coureurs tenteront probablement de s’échapper et tous les autres essaieront d’atteindre le pied de la première montée dans le meilleur groupe possible. Ces 35 premiers kilomètres sont roulants, avec trois montées de 110-125 m chacune, ainsi qu’un enchaînement de routes larges et rapides et de descentes étroites et sinueuses, en particulier celle du col de Collebasse, km 14,5.

Sur toute cette partie vous devez être capable de rouler fort (en peloton et en descente), et savoir juger jusqu’où aller en termes d’intensité pendant la première heure sans compromettre votre performance globale. Car il restera plus de 125 km à parcourir à la fin de ce premier acte !

Méfiez-vous du goulot d’étranglement au km 35 où vous quitterez la route côtière pour entamer la montée. Assurez-vous d’être à l’avant de votre groupe.

Acte 2: Col de Canadel, col de Babaou et Notre Dame des Anges (65km)

Les 65 km suivants présentent une succession constante de montées et de descentes sur des routes étroites et sinueuses. Les principaux écarts seront créés ici. Votre objectif sera d’utiliser le moins d’énergie possible pour rouler à la vitesse moyenne la plus élevée c’est-à-dire en lissant vos efforts. Ainsi, limitez vos efforts au-dessus du seuil, montez sans à-coups, restez près de la roue avant et freinez le moins possible en descente (en restant donc au sein du groupe dans lequel vous vous trouvez).

La route des crêtes

La montée du col de Canadel jusqu’à la route des crêtes fait 413 m sur 10,2 km. La pente évolue constamment et il y a deux courtes descentes dans la montée. La route le long de la ligne de crête monte et redescend ensuite, mais plus doucement. Dans ce secteur essayez de rester avec un groupe. Par ailleurs, vous devez rester vigilant, car cette route étroite n’est jamais rectiligne et la visibilité est moyenne.

Il faut aussi faire attention lors de la descente de 7 km jusqu’au départ du col de Babaou, car la chaussée est en mauvais état. Attendez-vous à ce que les personnes qui connaissent bien la route (ou qui n’ont peur de rien) vous doublent à grande vitesse dans les virages en aveugle.

Depuis le pied de la montée, il y a 8,5 km à gravir jusqu’au col de Babaou, 223 m plus haut; l’essentiel de l’ascension étant dans les 4 premiers km. La descente d’un peu plus de 6 km est à nouveau sinueuse et technique, et requiert une bonne maîtrise technique.

La descente du col de Babaou

Le premier ravitaillement se trouve à l’entrée de Collobrières, au km 76. C’est un village typiquement provençal avec de nombreux arbres ombragés, mais vous n’aurez malheureusement pas trop de temps pour l’apprécier…

La montée à Notre Dame des Anges commence à la sortie du village, au km 89,5. Attendez-vous au choc du changement de rythme ! Vous vous trouverez sur une route forestière étroite, au revêtement en mauvais état et à la pente très irrégulière dépassant parfois les 10%. La montée totale est de 10,5 km et compte 515 m de dénivelé. Méfiez-vous : de nombreux cyclistes vont monter trop vite ici, se mettre dans le rouge et le payer plus tard.

La descente est à nouveau technique, souvent pentue, sinueuse et difficile à lire. Heureusement, le revêtement est dans un état légèrement meilleur qu’à la montée.

Acte 3 : Les derniers 62km jusqu’à l’arrivée

De retour dans la vallée, les 62 derniers kilomètres sont à nouveau roulants. Si vous n’êtes pas dans les roues immédiates d’un groupe, il sera primordial d’attendre du « renfort » plutôt que de rouler seul. Le but ici est davantage de maintenir votre position que de l’améliorer, mais vous devriez bien sûr vous accrocher à toute roue plus rapide qui vous double, si vous le pouvez.

Il y a une courte montée au col de Taillude avant une descente en deux étapes vers Grimaud, où vous trouverez le deuxième (et dernier) ravitaillement. Pour ceux qui font le long parcours, c’est aussi le début de la dernière longue ascension. Cette ultime montée de 8,4 km pour une pente moyenne facile de 3% se termine à La Garde-Freinet au km 130. La route est large et le goudron est bon, alors les bons rouleurs monteront très vite : restez dans les roues. Les leaders feront une moyenne de 25-26 km/h ici.

La golfe des Saint Tropez, depuis le col de Taillude

La descente vers Le Plan-de-la-Tour est à nouveau technique. Vous serez probablement fatigué à moment-là, alors faites attention au manque de concentration, possible et toujours dangereux. En bas, il ne reste que 20 km à parcourir, mais ce n’est pas tout plat!

En quittant la vallée après Le Plan-de-la-Tour, vous grimperez de 120 m de dénivelé pour passer la dernière crête du côté nord du golfe de Saint-Tropez (les vues sont magnifiques !) avant de redescendre au fond de la vallée, près de Port Grimaud.

Si vous avez encore les jambes, vous pouvez profiter de 7 km pour rouler vite sur le plat avant de faire un dernier effort de 2 km jusqu’à la ligne d’arrivée à Gassin. Gardez de la réserve pour cette dernière bosse : la moyenne est de 6% mais il y a quelques rampes plus proches de 12% !

Vous voudriez faire la meilleure perfomance possible? Alors venir assister au stage Alpine Cols du 31 mars au 7 avril afin de vous préparer au mieux avec l’aide de nos coachs. (Stage bilingue français/anglais avec la présence de coureurs étrangers).

BONUS: profitez de notre offre spéciale d’un capteur de puissance InfoCrank® gratuitement à l’essai pendant 3 mois. L’InfoCrank® est actuellement le meilleur capteur de puissance sur le marché, préconisé notamment par British Cycling et l’UCI.

Gassin (photo E.Bertrand)

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To reduce spam, please answer this simple maths question: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.