Loading...

Vu de mon vélo : la Marmotte GranFondo Valais

Home » Sportives » Vu de mon vélo : la Marmotte GranFondo Valais

"
El Diablo, Marmotte GranFondo Valais 2018

 

Description de l’épreuve, par Alpine Cols

 

Le Tour des Stations, dont la deuxième édition aura lieu le samedi 10 août 2019, est déjà devenue l’épreuve référence de la Suisse romande. La région du Valais offre de superbes paysages ; il y a très peu de circulation et, quel que soit le circuit choisi, le défi est assuré :

  •   50 km | 2200m + Mediofondo

  • 140 km | 4700m + Marmotte Granfondo Valais

  • 220 km | 7400 m + Ultrafondo – le Tour des Stations

 

Cet article est consacré à la distance qui connaît le plus de succès, la Marmotte Granfondo Valais. Le départ sera donné le samedi 10 août en Valais à Crans Montana, pour une arrivée à Verbier : les deux stations de ski les plus connues du Valais.

 

Plan d’entraînement.

 

Bien qu’il partage le même nom, il s’agit d’un événement très différent de celui de la Marmotte Alpes. Les deux épreuves constituent de beaux défis et comportent 4 grandes montées pour un dénivelé positif total d’environ 5000 m, mais les similitudes s’arrêtent là.

 

La Marmotte Alpes est plus longue de 40 km et se déroule presque entièrement sur des routes larges, en bon état, avec de longues montées et descentes aux pourcentages plutôt réguliers et modérés. Le point culminant, le col du Galibier, figure parmi les plus hauts d’Europe, à 2645 m. La  caractéristique principale de la Marmotte Alpes est le niveau très élevé des concurrents, et le défi qui en résulte pour bien se placer.

 

A la Marmotte Valais au contraire, le parcours emprunte principalement de petites routes étroites et sinueuses aux pentes irrégulières. La route est une succession de petites montées et descentes, offrant très peu de possibilités pour récupérer. Les descentes sont beaucoup plus techniques qu’à la Marmotte Alpes. Le point culminant, le col de la Croix de Cœur à 2174 mètres, est 470m plus bas que le col du Galibier. La particularité de la Marmotte Valais est donc la nature du parcours, qui constitue un défi technique important à ajouter au défi physique toujours présent.

 

 

Comment on y roule ?

Les temps officiels de 2018 ne seront pas directement comparables à ceux de 2019: non seulement le nouveau parcours aura environ 14 kilomètres de plus et 800m de dénivelé supplémentaires, mais aussi le chronométrage officiel n’a débuté en 2018 qu’au km 20. Les cyclistes devraient donc avoir besoin pour compléter le parcours d’ 1h15 voire 2h de plus en 2019

 

Les résultats de 2018 sont les suivants:

  • 1er: 04h06
  • 100 ème: 05h37
  • 250 ème: 06h18
  • 500 ème: 07h24
  • 773 ème: 10h38

La première femme a terminé 34ème, en 04h57.

 

À noter que les temps 2018 ne comportent pas la descente de Crans Montana, qui n’était pas chronométrée.

 

La Marmotte GranFondo Valais: à quoi s’attendre

 

L’itinéraire peut être analysé en quatre parties de 30 à 40 km chacune :

  • la courte montée et la longue descente depuis Crans Montana à Chalais (au km 28)
  • la série de montées sur Vercorin et Vernamiège puis la descente jusqu’à Euseigne (au km 69)
  • la longue montée vers Thyon 2000 et la descente à Beuson (au km 102)
  • et enfin la montée du col de la Croix de Cœur et la descente finale sur Verbier (au km 140).

 

Acte 1: De Crans Montana à Chalais (km 28)

Le départ se trouve au centre de Crans Montana. Comme toujours dans un tel événement de masse, il est préférable d’arriver tôt pour éviter de partir dans les derniers.

 

 

Il y a, avant la première montée, une très courte descente en faux plat qui grimpe de 375 m sur 5 km jusqu’au col de Crans Montana (1 805 m). Cela donne une bonne idée de ce qui vient après. La route est étroite et la pente varie constamment autour de la moyenne de 7,5%. Personne ne résistera à la tentation de monter plus vite que raisonnable eu égard à son propre niveau : résistez à cette tentation, la route qui reste à parcourir est longue !

 

La première partie de la descente est raide (10%) et étroite. Faites attention ici, l’adrénaline coulera encore à flots or ce n’est pas l’endroit où avoir un accident!

 

La suite de la descente vers le fond de la vallée se fait sur des routes plus larges et moins raides. A moins d’être très fort techniquement en descente, attendez-vous à être doublé par des cyclistes qui connaissent bien la route

 

Une fois au fond de la vallée, il y a 6 km rapides sur des routes larges et plates. Faites cette partie dans un peloton, pour éviter de gaspiller votre énergie!

 

Acte 2: De Chalais à Euseigne (km 69)

La montée vers Vercorin commence sans transition à Chalais. Elle fait 8 km de long à près de 10% et culmine à Vercorin. C’est une montée difficile qu’il va falloir gérer avec un rythme régulier à une allure d’endurance de base. La pente atteint déjà 11-12% avant la sortie de Chalais, puis se stabilise quelque peu à travers les vignobles aux environs de 8-9%. Après 4 km, la pente s’adoucit quelque peu avant de s’accentuer à nouveau. Longeant la falaise, la route passe par plusieurs tunnels étroits avant de contourner un éperon rocheux et continuer avec une pente à 8-10% jusqu’au village

 

Le premier ravitaillement se trouve à Vercorin. C’est un bon endroit pour remplir vos bidons (km 38). Les bénévoles étaient extrêmement sympathiques et efficaces en 2018 : ils ont pris nos bidons et les ont remplis en un rien de temps.

 

La descente est raide, rapide, technique et le revêtement est en mauvais état. Il n’est pas possible de se reposer et de récupérer avant montée jusqu’ à Nax, qui fait 6,7 km avec une pente moyenne de 5,9%. Comme c’est le cas pour quasiment toutes les montées du parcours, ce pourcentage moyen ne veut pas dire grand-chose car la pente ne cesse de changer. Il sera difficile de trouver un rythme régulier : il faudra changer constamment de vitesse et vous mettre souvent en danseuse. Vous serez récompensé par la vue fantastique sur la vallée : le paysage est absolument magnifique tout au long du parcours.

 

De Nax, il y a une très courte descente avant de prendre la direction de Vernamiège, plus haut sur la gauche. C’est un autre village suisse charmant, mais y accéder se mérite. L’ascension totale est de 4,3 km à une moyenne de 8,2%, mais, là encore, la pente varie beaucoup, avec des passages qui vont de 1 à 20%.

 

 

Il y a une descente raide sur la route principale suivie d’une courte montée vers Saint-Martin, un joli village de vieux chalets en bois, où se trouve le prochain point de ravitaillement. Vient ensuite une autre descente raide et rapide qui remonte d’abord la vallée jusqu’à un virage en épingle avant de redescendre vers Euseigne.

 

Acte 3: D’Euseigne à Beuson (km 102)

La route bifurque à Euseigne et monte sur 4,5 km à 7,2% le flanc de la vallée qui vient après avant de vous faire rebrousser chemin, traverser la vallée et redescendre vers Hérémence et le prochain point de ravitaillement.

 

La montée située à la sortie du village d’Hérémence est la plus raide de la journée. Le premier kilomètre est à 12% de moyenne, avec des sections comprises entre 15 et 18%. Quel dommage de ne pas pouvoir profiter de l’élan pris à la descente pour aborder cette montée, mais il faut s’arrêter au ravitaillement et repartir avec au moins un bidon plein car le ravitaillement suivant se trouve 800 m plus haut, à Thyon 2000.

 

La montée jusqu’à Thyon s’étend sur 10,5 km en tout à une moyenne de 8,5%. La partie médiane est sur une route correcte avec une pente de 7% dont la régularité est la bienvenue. Par contre, les 2 derniers kilomètres sont sur une petite route forestière étroite et escarpée.

 

De Thyon, les 8 premiers kilomètres de la descente sont raides et rapides sur une route en bon état avant de tourner à gauche en direction de Veysonnaz. Il s’agit d’une descente en deux temps et Veysonnaz est traversée très rapidement avant d’atteindre le fond de la vallée à Beuson (km 102).

 

Acte 4: De Beuson à Verbier (km 140).

À partir de Beuson, il faut recommencer à monter sur une route très étroite qui fait faire le tour au-dessus de Nendaz, puis qui descend à nouveau. Cette portion a heureusement été fermée à la circulation en 2018. Elle est raide et la route était en mauvais état. À partir du point le plus bas, commence enfin la dernière ascension vers le col de la Croix de Cœur, 870 m plus haut.

 

Il y a un point de ravitaillement bienvenu à La Tzoumaz, le dernier avant l’arrivée.

 

La montée finale est plus régulière que les précédentes, avec une moyenne de 7,5% pour les 15 km. Il fallait, jusqu’à tout récemment, rouler sur du gravier pour les 6 derniers kms, mais la chaussée est désormais recouverte d’un revêtement granuleux qui est assez lissé pour permettre de monter confortablement, à condition de rester dans l’un des deux sillons creusés par les voitures…

 

 

On peut considérer le spectaculaire sommet du col de la Croix de Cœur, perché au-dessus de Verbier, comme la vraie arrivée: il faut mettre ses dernières forces pour atteindre le sommet! Il serait presque possible d’atteindre la ligne d’arrivée en roue libre depuis le col. Il s’agit toutefois d’une descente raide et vertigineuse sur une route étroite en mauvais état.

 

Il sera donc essentiel de rester concentré afin de franchir la ligne en toute sécurité quelques 660 m plus bas !

 

Participer à la Marmotte Granfondo Valais

Si vous envisagez de prendre le départ de la Marmotte GranFondo Valais en 2019, voici quelques conseils:

  1. C’est un sacré défi! Vous devez vous préparer sérieusement, avec de nombreuses sorties longues et beaucoup de dénivelé ainsi que des sorties plus courtes où vous travaillerez l’intensité. Travaillez également votre technique en descente pour rouler vite et en sécurité. Par ailleurs, la connaissance du terrain sera un gros avantage : essayez de venir reconnaître le parcours si cela vous est possible. Plan d’entraînement pour la Marmotte GranFondo Valais.
  2. Le jour même, vous ferez une bien meilleure performance si vous vous obligez à démarrer doucement et à finir fort plutôt que l’inverse : le « negative split » si difficile à réaliser. Les montées raides et irrégulières, suivies de descentes rapides et techniques, feront des dégâts: un départ trop rapide transformera la montée finale de l’épreuve en un cauchemar.
  3. Vous dépenserez pendant l’épreuve entre 4500 et 6000 calories (les hommes), ou entre 3000 et 4500 (les femmes). Il est donc absolument essentiel de manger et de boire suffisamment fréquemment et en quantité suffisante tout au long du parcours.

 

Vous voudriez être au mieux de vos performances pour le GranFondo? Alors venez participer au stage d’Alpine Cols du 4 au 9 août afin de reconnaître le parcours et d’améliorer votre technique avec l’aide de nos coachs : des professionnels reconnus qui sont eux-mêmes des coureurs expérimentés aux conseils tactiques avisés. (Stage bilingue français/anglais avec la présence de coureurs étrangers).

 

BONUS GRATUIT: profitez de notre offre spéciale : un capteur de puissance InfoCrank® confié gratuitement à l’essai pendant 3 mois. L’InfoCrank® est actuellement le meilleur capteur de puissance disponible sur le marché. Il est préconisé notamment par British Cycling et le centre de développement de l’UCI.

 

Vous cherchez un coach pour vous aider à atteindre votre meilleur niveau ? Contactez nous!

 

Plan d’entraînement.

 

Comments

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Notify of